Sa démarche est double.

Premièrement, de par sa formation de médecin occidental, il va interroger le patient, l’examiner puis prendre connaissance des examens complémentaires pratiqués : biologie, radiographies etc.
Au besoin il renverra le patient chez son médecin traitant pour faire pratiquer des examens complémentaires. Au besoin il demandera lui-même ces examens.

Alors seulement, fort de sa formation médicale en constante évolution, conscient des indications et des limites de sa thérapeutique, il jugera de l’utilité d’entreprendre un traitement par acupuncture.

Sa seconde démarche sera une approche propre à la médecine traditionnelle chinoise et à l’acupuncture. L’anamnèse sera complétée par des questions permettant de préciser la nature des symptômes en fonction des notions propres à la médecine chinoise, de la chronologie de la symptomatologie et des facteurs d’amélioration ou d’aggravation des plaintes. L’examen physique s’attachera notamment à une observation particulière du patient (par exemple à la recherche minutieuse des points douloureux locaux ou à distance).

De cet ensemble de renseignements, le médecin acupuncteur sélectionnera les points qui seront traités par une aiguille, par échauffement, par stimulation électrique ou encore par laser ou massage.